ecoexistonsalaravoire@gmail.com

Projet du Roc Noir: où en est-on ?

Elections municipales de La Ravoire 2020

Projet du Roc Noir: où en est-on ?

Petit retour en arrière:

2007 : L’idée a été lancée par Chambéry métropole avec appel à projets. C’est le groupe FAYAT/PALMYR’IMMO/PATRIARCHE qui est retenu après concours, pour l’aménagement de ce site commercial qui serait situé entre Besson Chaussures et le Buffalo Grill.

2014: Une première présentation de ce projet est faite en conseil municipal le 15 décembre 2014. C’est le début d’un nouveau mandat pour les élus actuels. Cette présentation ne donne pas lieu à un vote des membres du conseil. Par contre, le conseil municipal du 22.06.2015 est amené à se prononcer et à adopter des modifications techniques sur ce projet.

2015 : Le contenu plus détaillé du projet a été présenté dans le cadre de l’orientation d’aménagements programmatiques de l’agglomération.

2016 : Lors de la présentation de ses voeux à la population en janvier 2016, M. MIGNOLA soutient ce projet et se félicite de projeter la création de nouveaux emplois sur la commune de LA RAVOIRE (environ 250). A noter que la commune est dans un contexte particulier puisqu’elle offre actuellement plus d’emplois que d’habitants actifs. Pendant ce laps de temps, la municipalité de LA RAVOIRE se porte au fur et à mesure du temps, acquéreur des terrains qui permettront de réaliser ce programme et de réaliser la revente au groupe PALMYR’IMMO pour une somme non négligeable et estimée sur le budget 2019 et au global à: 1 811 750 €.

2017: L’actualité politique de la commune change et place M. BRET, Maire de la commune, en lieu et place de M. MIGNOLA. Ce projet initialement prévu pour éclore en 2017, validé dans le cadre du PLU et repris dans le PADD (projet d’aménagements et de développements durables) de la commune de LA RAVOIRE tombe peu à peu dans l’oubli.

2019 : la CDAC (commission départementale d’aménagement commerciale) du 22 mai 2019 donne un avis défavorable à l’implantation de ce centre commercial : (2 votes Pour – 2 votes Contre : la FRAPNA et le Grand Chambéry – 7 abstentions dont Métropole Savoie). La surprise est grande. La commune s’est endettée pour l’achat des terrains du Roc Noir.
En septembre 2019, alors que le dossier est à nouveau en instance de réexamen avec un deuxième passage devant la CDAC, 207 commerçants de Chambéry signent une pétition hostile au Projet du Roc Noir. M. Xavier DULLIN, Président de Grand Chambéry parle « d’un projet du passé ».
Le 24 septembre 2019 et après nouvelle étude du dossier qui n’aurait pas été modifié par la commune, la CDAC prononce un nouveau refus. 11 votants : 3 Pour – 1 Contre qui est Grand Chambéry – 7 abstentions dont toujours Métropole Savoie).

Le 14 octobre, un article du Dauphiné Libéré nous apprend que le projet a été définitivement retoqué, endettant la commune de plus de 1,8 millions d’euros !

Bilan des courses:

  • A ce jour, la commune de LA RAVOIRE a budgétisé en 2019 et en recettes d’investissements la somme de 1 811 750 € et doit donc trouver une solution pour faire rentrer ce montant afin d’équilibrer le budget de l’année.
  • Le groupe PALMYR’IMMO se retrouve dans l’impasse (il a déjà investi 500 000€ de fonds sur ce projet déjà ancien.
  • A noter que les élus de la minorité n’ont quasiment jamais été informés des évolutions de ce dossier net encore moins les ravoiriens…

La lumière doit être faite sur ce projet. Les citoyens doivent en être informés mais aussi consultés ! L’information et la consultation des habitants aussi.

Commentaires : 4

  1. Le_Dahu dit :

    Merci pour toutes ces précisions sur ce projet …

  2. UTOPIAVERTE dit :

    Oui, ce vieux projet datant de 12 ans n’est plus adapté aux urgences et défis de 2019.

    L’urgence n’est plus de bétonner en rajoutant encore 2000 m2 de surfaces commerciales en périphérie de l’agglo déjà sur-équipée, mais à la fois de développer et soutenir les commerces et services de proximité, au coeur des centre-ville et des quartiers. Afin de limiter les déplacements polluants, recréer du lien social et de l’humanité, ne plus provoquer de « fièvre acheteuse ».

    A la place, la véritable innovation et activité utile à implanter, c’est de rendre à ces bonnes terres agricoles leur fonction initiale nourricière en permettant l’installation de jeunes avec une ferme maraichère « ouverte » afin de produire des légumes bio pour les habitants (vente directe et marchés) et nos cantines, avec des actions pédagogiques notamment auprès des écoles, et un lieu novateur d’expérimentation et de partage des nouvelles pratiques (écoforesterie, permaculture, jardinage économe en eau et sans engrais chimiques ni pesticides, valorisation des espèces locales, énergies renouvelables…). Ceci afin de contribuer au maintien et développement de la nature en ville, et à l’augmentation de notre autonomie alimentaire (cf le Plan Alimentaire Territorial et le Schéma agricole de Grand Chambéry) et énergétique

    Qu’en pensez-vous ?
    Et si on consultait la population ?

  3. BALAS dit :

    Merci pour ce dossier.
    C’est intéressant de constater que ce sont les structures économiques qui ont réagit négativement sur ce projet en l’absence de consultation ou du moins d’information de la population locale.
    Encore la preuve que la démocratie locale est malmenée.
    Les agriculteurs « de proximité » sont à la recherche de terres, il ne faudrait pas que celles-ci leur échappent.

  4. […] “OAP”. Ce vieux projet lancé par l’agglomération de Chambéry en 2007 a heureusement connu plusieurs difficultés et revers administratifs qui ont conduit l’aménageur prévu à jeter l’éponge début 2020. En attendant la […]

Ajoutez votre commentaire